La végétalisation des murs et des façades est très en vogue ces derniers temps non seulement pour des raisons esthétiques, mais aussi pour assainir le milieu urbain, favoriser la biodiversité et bien d’autres objectifs à caractère écologique. Quelles sont donc les techniques utilisées pour végétaliser un mur et peut-on le faire soi-même ?

Peut-on végétaliser un mur soi-même ?

Qu’il s’agisse d’un toit végétal ou d’un mur végétal, les professionnels du domaine proposent différentes techniques de végétalisation dont chacune présente des avantages et des inconvénients en fonction du projet à réaliser. En ce qui concerne la végétalisation des murs, c’est possible d’y procéder soi-même et de reproduire à un certain degré des systèmes proposés par des professionnels si vous êtes un bon bricoleur. Mais la meilleure solution reste de confier à la tâche à un paysagiste ou installateur de murs végétaux.

D’ailleurs, vous trouverez sur le marché différentes offres entre ceux qui proposent la vente des systèmes de végétalisation et vous laissent le choix de le faire vous-même ou de leur confier la mission, et ceux qui ne donnent pas de possibilité d’auto-construction. Prenez en compte que si vous confiez l’installation à un professionnel, il se peut que vous obteniez des avantages en ce qui concerne le contrat d’entretien.

Quelles sont les techniques de végétalisation utilisées ?

L’installation d’un mur végétalisé peut se faire de plusieurs manières et il y a plusieurs critères pour différencier les techniques. Tout d’abord, on distingue entre les modes de culture, dont les principaux sont la culture hydroponique et la culture classique.

La culture hydroponique se base sur l’utilisation d’un substrat inerte comme les billes d’argile, la sphaigne ou la nappe horticole, alors que la culture classique se base sur l’utilisation d’un substrat non inerte comme les tourbes, l’argile et la zéolithe. On distingue ensuite la nature du substrat, le contenant utilisé (cages métalliques, modules plastiques, poches de feutre, etc.) et le système de fixation. Quand vous allez choisir un système de végétalisation, vous devez aussi prendre en compte l’encombrement qu’il présente, la simplicité d’installation, les besoins d’entretien et le prix.

Le système hydroponique est le plus répandu, consistant à insérer les végétaux entre deux couches de feutre imputrescible non tissé. Pour l’irrigation, une solution nutritive constituée d’eau et de sels nutritifs est utilisée, retombant dans un bac de stockage et de récupération. Il y a aussi les solutions modulaires en plastiques injectés, et les modules (cages) métalliques qui sont remplis de substrat avant la plantation des végétaux.

Pourquoi végétaliser les murs et façades ?

Comme indiqué avant, la végétalisation des murs, des toitures et des façades n’est pas seulement esthétique et s’inscrit dans une démarche globale d’amélioration du milieu urbain. En effet, les murs végétaux permettent d’augmenter le pourcentage d’espaces verts dans le milieu urbain, ce qui améliore la qualité de vie à différents niveaux.

Les végétaux améliorent la qualité de l’air en absorbant les particules, les poussières et les substances polluantes, régulent la température ambiante en rafraîchissant l’air et en limitant les îlots de chaleur. L’isolation thermique et phonique des bâtiments est aussi améliorée, et les risques d’inondation ou de saturation des réseaux d’évacuation sont limités grâce à la rétention des eaux par les végétaux. De plus, les murs végétaux contribuent à développer la biodiversité de la flore et de la faune (oiseaux, insectes et petits animaux). Autant de raison pour installer un mur végétal !

C’était en gros les différentes techniques de végétalisation des murs et des façades, et les nombreux avantages que présente ce procédé très en vogue. Un professionnel du domaine saura vous fournir plus d’informations.